Image

Le Festival Vo-Vf

Tous les ans à la même année, la rentrée littéraire de septembre nous propose une sélection d’ouvrages riches et variés, d’auteurs confirmés et des premières oeuvres, des auteurs français et des auteurs du monde entier. Pour ces derniers, le traducteur reste bien trop souvent dans l’ombre de l’auteur qu’il traduit. Qui peut citer le nom du traducteur de nos oeuvres préférées? Et il n’y a qu’à voir également les nouvelles traductions des classiques tel Gatsby le Magnifique de Francis Scott Fitzgerald, Paris est une fête d’Ernest Hemingway ou encore les oeuvres de Dostoïevski. La traduction est tout autour de nous mais il reste encore à mettre le traducteur sur le devant de la scène. C’est ce qu’entend faire le festival Vo-Vf Le Monde en livres au cours d’un week-end de rencontres, de débats et de découvertes des voix du monde entier.

Ainsi du vendredi 27 au dimanche 29 septembre, le moulin de la Tuilerie à Gif-sur-Yvette sera le théâtre de la première édition d’un festival unique en son genre : la traduction pour découvrir les oeuvres et les auteurs qui feront l’actualité littéraire de septembre.

Pourquoi choisir cet axe pour parler de littérature? Car le traducteur est le porte-voix, le mégaphone mais également le meilleur connaisseur, après l’auteur, du texte littéraire qu’il a lu, analysé, vécu et transmis avec ses mots. « II est évident que le traducteur vient après l’écrivain. La traduction est une étape plus avancée » écrivait Borgès.  Parce qu’un roman est aussi une pièce sur l’échiquier de l’oeuvre d’un écrivain, parce qu’il est nourri du contexte politique, sociologique et personnel de l’auteur, le traducteur est sans doute le plus à même de situer, expliquer, présenter et partager son enthousiasme pour l’oeuvre qu’il a accompagnée, parfois découverte, et à laquelle il a donné sa voix. Le traducteur, quand il présente un texte qu’il a travaillé, enrichit le lecteur d’un regard critique, bienveillant et informé qui augmente son plaisir de lecture.
C’est lui, sans nul doute, qui nous et vous donnera envie de lire de par sa double position de lecteur en langue originale et d’auteur de la version en langue française.

Cependant le festival V.O-V.F n’est pas une rencontre érudite sur les finesses, les polémiques, les enjeux et les difficultés, les paradoxes et les dilemmes de la traduction. Notre désir est de donner envie de découvrir encore mieux la littérature mondiale. La traduction n’est pas le sujet principal mais le moyen pour découvrir les voix du monde. Cependant, nous pensons que, en tournant autour, les rencontres, les présentations et les débats seront l’occasion de découvrir par là, derrière la force d’un auteur, souvent discrète mais essentielle, toute l’infinie richesse du métier de traducteur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s